Qu'est-ce que c'est ? A partir de cette page vous pouvez proposer le billet « Révision de la Constitution et géopolitique » sur différents sites grâce aux liens de la partie Social Web afin qu'il y soit sauvegardé et partagé, ou vous pouvez utiliser le formulaire E-mail pour envoyer un lien par email.

Social Web

E-mail

E-mail It
06 juillet 2008

Révision de la Constitution et géopolitique

Ecrit dans : Editorial Expression

C’est raté encore pour cette fois-ci. Contre toute attente, dans son discours, hier, à l’occasion du 5 Juillet, le Président Bouteflika n’a pas évoqué la révision de la Constitution, annoncée depuis 2006. Une révision dont - quelle que soit son ampleur - tout le monde n’attend que la levée de la limitation des mandats du président de la République.

Vu sous cet angle, le temps qui reste pour les élections présidentielles prévues en avril 2009 est plus que compté. Un temps encore plus raccourci par un mois de Ramadhan qui aura lieu cette année en septembre. Quoiqu’il pourrait être mis à profit.

Au siège du ministère de la Défense nationale, le Président Bouteflika aura donc tenu un discours au cours duquel il a abordé plusieurs sujets d’importance. Il a parlé de la Réconciliation nationale qu’il y a à mener, tout en poursuivant la lutte antiterroriste. Il a abordé le problème de l’emploi des jeunes. Le pouvoir d’achat des Algériens et le soutien des prix par l’Etat.

Ce sont là, incontestablement, des sujets porteurs. Il n’en demeure pas moins que la révision de la Constitution les aurait éclipsés si elle avait été abordée dans ce même discours. Elle les aurait éclipsés par le vacarme qu’une partie de la classe politique, celle qui est farouchement contre cette révision, n’aurait pas manqué de soulever aussitôt l’annonce faite par le président de la République.

Ce serait, précisément, ce vacarme qui aurait influé sur la décision du Président de différer l’annonce. Il aurait été inopportun, en effet, de «jeter» le sujet de la révision au pied de la passerelle et s’envoler aussitôt pour le Japon assister au G8. En suscitant l’ébullition de la scène politique au moment de s’absenter.

Cela d’une part. D’autre part, il n’est pas superflu d’attendre de prendre la température auprès des puissants de ce monde d’autant que l’occasion se présente. Même si l’Algérie n’est pas le Zimbabwe, ce qui se passe dans ce pays donne matière à réflexion. Partant d’un tel postulat, il est toujours intéressant et positif de se tenir informé en temps réel sur les derniers indices de la «Bourse» politique.

C’est pourquoi, bon nombre d’observateurs pensent que le Président Bouteflika réserve sa décision d’annoncer la révision à son retour du Japon. D’autres poussent l’attente jusqu’après le Sommet de l’UPM fixé au 13 juillet prochain à Paris. La tournure que prendra le projet de l’Union pour la Méditerranée n’est pas sans corrélation avec la vie politique dans notre pays.

En définitive, l’important est dans la prise de décision. Pour le calendrier, le Parlement a tout le temps pour travailler même durant le Ramadhan. Il y a les veillées pour cela.

Zouhir MEBARKI


Retourner : Révision de la Constitution et géopolitique